Toute la vérité, enfin dévoilée.

28 juin 2013

(Mince, il y a de la mayonnaise sur mes lunettes de star, j'en perds presque toute ma crédibilité, flûte, saperlipopette...)

Figurez-vous que j'ai été interviewée par Oph. Et ce n'est absolument pas parce que c'est une copine et qu'autrement, je n'aurais jamais eu d'interview de toute ma vie et donc elle a eu un peu pitié, hein. Je ne sais pas ce qui vous fait penser ça. Mais ce n'est pas du tout le cas.

Je lui réponds donc en donnant moult preuves de mon innocence et de mon manque d'expérience à ses questions, tout en niant l'existence du mot "concision". Heureusement qu'Oph a été bienveillante. Et c'est par ici que ça se passe :

Où trouver des bijoux, après le spectacle ?

La quête du bijou original, élégant et avec une pointe de fantastique, était rude et semée d'embûches jusqu'à ce que Constance ouvre sa boutique.

Vaquant d'un style à l'autre, du gothique au steampunk tout en suggérant par ailleurs un peu de gourmandise ou d'accès de mignonnittude, A mon seul Désir est une charmante boutique en ligne qui fonctionne comme l'appel du jelly beans : on veut juste en prendre un, mais on repart avec 500g de bonbons. Et une fois qu'on les a terminés, on en recommande... Bon ben là c'est pareil.

De mon côté, je suis irrécupérable au point que je me suis dit que j'en ferai mon signe distinctif en dédicace vu l'expérience des Imaginales. Il y a les écrivains à chapeau, il y a les écrivains à écharpe, et il y a maintenant les écrivains à bijoux d'A mon seul désir.

Je vous conseille fortement d'y jeter régulièrement un œil car tout se renouvelle (et disparaît :'() très vite.

Stéphane is not a midinette, ok ?

26 juin 2013

Stéphane a eu pitié de moi aux Imaginales quand je l'ai abordé en raison de son très chouette costume. Et c'est ainsi qu'il est reparti avec Damien Loch, dubitatif et avec (je crois bien) un peu cette tête de, vous savez, quand on ressort d'un commerce après avoir discuté des heures avec le vendeur en se disant "Merde, mais pourquoi j'ai acheté ça. Raaaah chuis trop gentil, c'pas vrai...", les bras chargés de hiboux en terre cuite peints à la gouache.
Bon. Eh bien il nous fait part de son avis :


"Finalement ton univers et tes références étant proches des miens, et malgré une couverture qui ne donne pas forcément envie, je suis reparti avec Damien Loch.
Je vais passer rapidement sur le fait que, du coup, mon trajet retour fut un calvaire; mes camarades costumés se demandant au vu du livre si:
a) j'avais pas viré midinette
b) je n'avais pas acheté le livre pour d'obscures raisons n'ayant rien à voir avec son contenu.
Bref...
En rentrant je me suis attaqué à l'ovni (pour moi) de ces imaginales. Et je suis assez surpris, car c'est plutôt pas mal (bon je vais pas faire le gars lourd a te reparler de ta couverture, ni insister sur quelques coquilles ou construction limites, ni même parler d'un personnage secondaire qui est là comme un cheveux sur la soupe... pas mon genre d'être critique)
Mais au final, je dois dire ça m'a bien plus, le ton est léger, ça se lit facilement, les personnages sont relativement attachant...
Du coup bien que mon livre soit désormais souillé de ratures et tâches formant une dédicace des plus espiègles il va rejoindre ma bibliothèque, je n'aurait pas besoin de l'offrir à une midinette.
Enfin bref, tout ça pour te dire bravo, parce que c'était pas gagné ;)"

Encore une bonne raison de venir à l'Antre-Monde

25 juin 2013

Mes tendres et chers lecteurs de mon cœur marshmallowesque à la douceur de guimauve, je serai en dédicaces le samedi 6 juillet à l'Antre-Monde :

Payopoï

Je vous ai déjà parlé de l'Antre-Monde. Bon. Alors forcément, vous aviez déjà envie d'y aller. Eh bien maintenant, vous avez encore plus envie. Parce que vous savez qu'en général, j'apporte un gâteau ou deux avec moi, morfales que vous êtes (ou c'est moi qui... enfin bref).

Aussi, n'attendez plus et réservez votre samedi après-midi afin de me permettre de ne pas le passer à perfectionner mon Art de la Nonchalance en ronflant sur la table et en souriant béatement. Car ça fait de la bave sur les livres et c'est pas terrible-terrible, je serai encore obligée de tous les faire acheter par ma famille.

Quand Damien Loch dessine un poulpe au Petit Prince

21 juin 2013



Noon a eu la très bonne idée d'acheter Damien Loch. Et comme il parait que sa fille s'est jetée dessus (Orphée, contemple les terribles effets de ta couverture), elle m'a dit :
Ma fille a 12 ans, est-ce que ton roman pourrait lui convenir ?
Défaitiste, aigrie, et honnête, j'ai répondu quelque chose comme :
Bah, l'éditeur te dirait oui mais moi euh, pas trop non... enfin ça dépend... disons que le public visé est plus âgé alors tout ce qui fait que j'aime bien, ça risque de pas lui plaire ou de la gêner (comme c'est souvent le cas en plus quand c'est la maléfique couverture du livre qui oriente son public).

Mais en fait, le temps que je réponde, Clara avait déjà lu le roman. Voilà, voilà, c'était bien la peine (quand je vous dis qu'il se lit vite. Et que j'ai du boulot en retard).

Sauf que quand je vois les chroniques de Clara sur son blog, je me dis que de toute façon, j'ai pas trop l'impression qu'elle a 12 ans. Pas du tout même. C'est la perturbation dans la cosmo-énergie. Ben oui, je suis plutôt habituée à parcourir des blogs de gens de 20-25 ans qui m'avaient l'air à toute première lecture d'avoir plutôt 13-15 ans (ne me frappez pas, attendez le "mais"), mais puisqu'ils étaient nombreux dans ce cas, j'ai compris que c'était en fait moi qui avais un problème d'échelle côté âge et manière de s'exprimer. La faute à trop de lettres d'enfants et ado du XVIIIe tout ça, ça m'avait retourné le cerveau. Bref ! En conséquence, j'avais revu mon échelle et tout était devenu merveilleux.

Sauf que le blog de Clara est arrivé. Et maintenant, rien ne va plus.

Bon, voici donc le retour de Clara, à laquelle je ne pensais pas que le bouquin parlerait du tout, et en fait, je m'a trompi :


Grande promo, n'attendez plus

19 juin 2013




Parce que je suis basse et vénale, j'ai créé une offre promotionnelle : les 100 premières personnes à se faire dédicacer le livre, recevrons (si envie) des textes bonus.

Parce que je ne suis ni basse ni vénale, je ne pense à parler de ce truc qu'une fois le bouquin acheté et la dédicace faite..

Voilà voilà. M'enfin maintenant vous êtes au courant.

Poulpofeinte

16 juin 2013

Pour combattre la Tristitude de ce blog et ses pavés de textes indigestes, j'ai décidé de feinter en le ponctuant de poulpes. Des poulpavis, des poulpofête, des poulpocurieux... bref. Du poulpe quoi :

Voyez comme il est ému
Comme je suis une grosse flemmarde, je vous ai un peu torché le dessin parce que je sens que si je dois me fouler pour vous faire des poulpes d'une beauté transcendante, c'est pas pour tout de suite qu'on aura les prochaines mises à jour...

Et pour harmoniser le tout, j'ai poulpisé les anciens avis trop vides en images . Voilà, voilà. Je pense en rajouter encore dans quelques anciens posts, histoire d'appâter le chaland. C'est tellement bas, je sais.

Où se costumer après le spectacle ?

14 juin 2013

Encore une de ces questions vitales qui nous taraudent toute la nuit. Heureusement, Temps d’Élégance est là pour vous.


Dans le centre de Paris, ouverte du lundi au vendredi, alanguie dans un petit nid de plumes à chapeaux, soies, velours et autres tissus, parée de ses bijoux de toutes époques, coiffée de ses biaus rubans et retroussant ses manches de dentelle, Temps d’Élégance est une boutique où vous trouverez toutes ces petites et grandes choses si utiles pour accessoiriser, voire réaliser, votre costume historique ou de fantasy. Car qui n'a pas régulièrement besoin d'un costume, honnêtement ?

En plus, on a l'air d'y boire de bons p'tits verres : http://www.dailymotion.com/video/xt8f02_temps-elegance-pub-2_creation (oui bon, c'est peut-être pas toujours comme ça).

Pour en savoir plus : http://tempsdelegance.com/index.php et http://tempsdelegance.blogspot.fr/



Matthieu fait plein de choses, mais il lit aussi Damien Loch

13 juin 2013

Hop, nouveau retour de lecteur ! Matthieu est un pauvre ère importuné aux Imaginales et qui ne savait pas trop à quoi s'attendre. Il a l'air plutôt content vu comme ça, mais je rappelle que tout avis est éminemment subjectif.


"Donc le verdict : j'ai adoré, j'attends la suite avec impatience.


C'est un "page turner" (j'aime pas cette expression mais ça reste un bon raccourci) : on décroche pas, c'est fluide et surtout, objectif atteint : c'est fun ! Niveau cohérence, tu fais bien mieux que des auteurs dits chevronnés, je n'en ai quasiment pas vu et c'est minime (juste parfois un décalage de temps, genre les personnages prévoient tel truc à tel moment, et tu situes la scène plus tard que ce qui était annoncé). Mais ça reste rarissime.
Autre critique négative, qui pour moi est plus du fait de ton éditeur et d'éventuels relecteurs : il y a pas mal de coquilles. Certaines nuisent un peu (mot manquant ou changement de point de vue).


Passons aux critiques positives. Ton humour claque, parfois le coté Dr House est un peu capillotracté, mais surtout ce qui m'as le plus fait marrer c'est des décalages à la Pratchett, genre la série du Guet des Orfèvres : cynique et caustique. L'ensemble marche tout seul, c'est très cohérent et on en redemande. Chapeau bas pour ton bestiaire : on visualise sans souci et le tout est original.

Tu as un style très anglo-saxon je trouve, j'adore. Les personnages sont crédibles, le personnage de Damien Loch intrigue (c'est surtout pour lui que je parlais de capillotraction : quand on passe de son point de vue par exemple à la soirée costumée c'est un peu too much, après on dirait que le personnage se précise). 

L'histoire que tu racontes est cool, on a envie d'avancer, de découvrir ce monde avec Lynn. Les références foisonnent, que ce soient musicales, geeks, cinéma ou littéraires. Et le second degré sur un monde merveilleux interdit aux gens normaux est très bien maitrisé. Je t'avais dit que je lis peu d'Urban fantasy, la raison principale c'est un gros flip dû à des univers que je trouve souvent plats, peu cohérents et un peu faciles. Ton roman ne s'inscrit pas du tout dans cette veine, un anti Harry Potter qui fait du bien. 

Le truc que je trouve trèèès bien, c'est qu'apparemment tu ne t'es pas pris la tête en écrivant DL, et que ça se ressent dans le ton. Précision : tu sais écrire, et ça se voit, mais tu as su garder un style totalement naturel, ce qui est rare et très cool. D'où ma référence à Pratchett. L'humour passe comme une lettre à la poste et je pense que le fait qu'on sente que tu te marrais en écrivant y est pour beaucoup. Et tout celà sans nuire à l'histoire, qui franchement est prenante.
Pour conclure sobrement : GG, quand est-ce que le tome 2 sort ? x)"

Où acheter des livres après le spectacle ?

11 juin 2013

Car c'est une question qu'on se pose souvent. Aussi, j'ai la solution.

Nichée dans un halo de trottoiture, au cœur battant de l'est de Paris, s'ébat en toute allégresse un paradis du livre de sf, fantasy, gothique, ésotérique, érotique...

Cette mignonnette devanture se languit de vos regards timides et enamourés. Vous ouvrant grand ses bras, du mardi au samedi, ce tendre commerce n'attend que vous pour soupirer d'aise et faire papillonner les pages de ses ouvrages aux mille et douze couleurs, susurrant quelque bon mot d'auteur à vos oreilles. 
Et quand bien même vous seriez trop loin et déploreriez de pouvoir vous rendre en la capitale pour honorer de tels lieux d'insouciance de l'imaginaire, comment pourriez-vous encore résister à l'appel de la commande en ligne ?
Pour en savoir plus sur l'Antre-Monde, c'est ici : http://www.antremonde.com/

Zebuline avait aussi Damien dans ses étagères

10 juin 2013

Bon ben  je continue de rattraper le retard avec cette fois-ci, un avis de Zebuline qui a lu Damien Loch dans le cadre d'un partenariat avec le forum mort-sure.

Zebuline chronique plein d'ouvrages, n'hésitez pas à parcourir son blog ;)


Imaginales 2013

8 juin 2013

Voilà, voilà. Quatre jours passés aux Imaginales où j'ai pu papotouiller avec plein de gens et même retrouver des amis d'il y a fiou-la-la (Oph ! Mais genre Oph quoi !), où j'ai fait des rencontres sympas aussi, des découvertes culinaires osées (le sandwich au thon non égoutté par exemple), et puis parlé du bouquin hein, quand même.

 Oui, on rigole pas chez Asgard/Midgard/Lokomodo/Les Lucioles. Quand on vous met de l'auteur, en vous en met pas qu'à moitié.

Objectif des 4 jours: vendre un livre (facile à remplir, Mathieu a dit qu'il en prendrait un) j'étais donc confiante en le succès de cette entreprise et plutôt partie pour être adepte de l'art de vivre qu'est la nonchalance (s'il avait fait assez chaud, j'aurais mis des claquettes). Mais finalement, je suis principalement restée active sur le stand, à parler du bouquin, des éditions Midgard (vantant leurs mérites avec un sourire au thon saladé), de la température...
J'ai quand même fait quelques dédicaces faut pas croire (et même à une lectrice venue là rien que pour ça, j'en suis toute émue, chuis toute rouge rien en y repensant et les larmes me montent au yeux. Ou c'est la chaleur là, et ma sueur. Enfin bref), j'ai aussi échangé  (plus ou moins) avec une petite fille de 3ans et demi qui m'a dit plusieurs fois que j'étais rebelle et que mon papa c'était Fergus, j'ai évidemment confirmé. Évidemment. Sauf que je m'appelle Merida, pas rebelle. Mais bon, c'est du détail ça.

En gros donc j'ai rencontré plein de gens, brièvement, longuement des fois (mais genre je suis bavarde... alors là je dis genre y'a pire en face hein. Je ne citerai pas de nom. Mais uniquement parce que je ne les ai pas retenus), la plupart du temps c'était très chouette, et je ne vais pas dire que des fois ça ne l'était pas sinon ça va faire se soulever une horde de mécontents car c'est le genre de pique où tout le monde se reconnait par erreur et après c'est le merdier et faut faire des tas de p'tits fours pour s'excuser, dire que c'était une blague, et puis mon four est trop petit (même pour des petits fours, le monde est mal fait), enfin bon...

Dans l'ensemble, c'était chouette. Et d'ailleurs ce retour est tellement positif que je pense que l'esprit de la censure, du bien-pensé, et du "pense à ton image (et à ton éditeur)" s'est emparé de moi. Parce que bon, faut dire quand même aussi qu'on se les caillait bien, que j'étais crevée avec des nuits à me cogner la tête sur la barre métallique du lit du dessus, et qu'à la fin de la journée, j'avais envie de tuer des gens. Non, mais, ah merde... non mais pas vous. Non mais... pas eux non plus. D'autres gens. Enfin bref.

Et puis ça m'a donné des idées pour des posts de blog, inspirés par les retours des gens croisés là-bas (oui, ils lisent vite) et plein de trucs. Je m'y attèle dès que je n'ai plus de travail en retard (haha).

Bon ben ça c'est fait.